Fiche technique
  • À partir de 1 900 €
  • Collection : Executive Briefing
  • Rédigée en français
  • Publiée en Juillet 2015
  • 180 pages
  • Formats disponibles :
Papier     PDF



Contact consultant

Pour tout contact au sujet d'une étude sur-mesure :
Expert du pôle Agroalimentaire

Cécile DESCLOS
Tel : 01 49 53 89 16



Télécharger le catalogue des études sectorielles

Les stratégies digitales gagnantes des marques alimentaires

Web mobile, social media, objets connectés…

Une étude de marché pour :
  • Comprendre les enjeux de la digitalisation du secteur agroalimentaire
  • Comparer la maturité digitale des marques alimentaires
  • Analyser les objectifs assignés aux différents canaux digitaux pour optimiser la relation client

Présentation
Plan de l'étude
Entreprises analysées
La transformation numérique du secteur agroalimentaire doit s’accélérer pour rester en phase avec les consommateurs
Il y a un décalage important entre certaines multinationales du secteur qui ont amorcé le virage du digital et les TPE/PME qui composent 97% du tissu agroalimentaire français. L’Ania a d’ailleurs décidé de faire de l’année 2015 celle de la transformation digitale. Côté grands groupes, Danone et Pernod-Ricard sont cités en exemples. Début 2014, Danone a lancé Digital for all, une plate-forme d'e-learning pour ses collaborateurs équipés d'un ordinateur (40 000 sur 100 000 salariés). Pernod-Ricard a de son côté mis en place un réseau social d'entreprise afin de stimuler l'innovation.

No digital, no business !
Tous les enjeux de la stratégie marketing et commerciale des marques alimentaires doivent prendre désormais une dimension digitale. Sites internet, réseaux sociaux et applications sur smartphone constituent un formidable amplificateur des actions marketing traditionnelles d’innovation, promotions, communication… Ils sont aussi devenus des compléments indispensables à la communication médias traditionnelle. Les sites internet et réseaux sociaux offrent en outre de multiples opportunités aux marques pour dialoguer en direct avec le consommateur, recueillir ses besoins et ses attentes à grande échelle et au-delà l’associer à son processus d’innovation et de communication. Internet et les réseaux sociaux ouvrent de nouvelles possibilités de test sur de nouveaux concepts produits, packagings et communication pour limiter les risques. Les marques peuvent désormais créer leur propre chaîne de TV sur Youtube pour diffuser un contenu qui leur correspond à des consommateurs abonnés. Une force de frappe extrêmement puissante qui s’affranchit des barrières de la distribution classique et peut aussi aboutir à une distribution en direct.

Saisir les opportunités offertes par les objets connectés
Le marché des objets connectés, encore limité mais en plein essor, séduit encore prioritairement les « early adopters » friands de technologie et d’innovations numériques. Les objets connectés s’immiscent néanmoins progressivement dans le quotidien des consommateurs. L’Internet des objet, qui devient une réalité tangible, va donc aussi bouleverser l’alimentaire, notamment sous les angles de la cuisine connectée et de la nutrition connectée. De nombreuses entreprises (en particulier des start-up) travaillent sur le développement d’objets dédiés à « l’Alimentation connectée ». Aujourd’hui, il s’agit essentiellement de bracelets, de podomètres, de montres ou d’applications mobiles recourant aux capteurs du smartphone.