Fiche technique
  • À partir de 2 200 €
  • Collection : Executive Briefing
  • Rédigée en français
  • Publiée en Mars 2014
  • 160 pages
  • Formats disponibles :
Papier     PDF



Contact consultant

Pour tout contact au sujet d'une étude sur-mesure :
Expert du pôle Agroalimentaire

Cécile DESCLOS
Tel : 01 49 53 89 16



Télécharger le catalogue des études sectorielles

Achat d'occasion, achat groupé, location, marché entre particuliers, ventes privées, box : les meilleures pratiques de la consommation alternative

Nouveaux modes de consommation face à la crise, nouveaux modèles économiques

Une étude de marché pour :
  • Comprendre les enjeux stratégiques, le modèle économique et les perspectives de la consommation collaborative, des ventes privées, du e-commerce par abonnement
  • Décrypter les best practices à partir de 34 business cases
  • Bénéficier des retours d'expérience avec des renseignements opérationnels pour faire le point sur de nouvelles pratiques d'achat et de consommation, reconnaitre les stratégies gagnantes pour mieux piloter son business ou se positionner sur un nouveau business

Présentation
Plan de l'étude
Entreprises analysées
Imprimer
La consommation collaborative, un nouveau business model gagnant
La technologie, les communautés, les préoccupations environnementales, le pouvoir d'achat : les socles fondateurs et moteurs de cette nouvelle façon de consommer
L’économie collaborative, cette nouvelle économie protéiforme en réseau avec ses 4 piliers (économique, social, environnemental, numérique), permet de concilier enjeux sociétaux et la question du pouvoir d’achat pour répondre aux attentes de consomm’acteurs, en quête de sens dans leur consommation, qui veulent consommer moins et mieux.
Déjà développée de façon quasi-industriel dans le secteur automobile via le co-voiturage et le secteur de l’hébergement (Airbnb, Couchsurfing), la consommation collaborative pénètre aujourd’hui tous les secteurs d’activité via l’occasion, la location, le troc, le fait-main, l’achat groupé…

D’où l’apparition de multiples startups en quête de financements et qui intéressent de nombreux fonds d’investissement, sociétés de capital-risque et incubateurs : par exemple, XAnge a des participations dans La Ruche qui dit Oui, Alittlemarket et KissKissBankBank.

D’où la nécessité pour les circuits traditionnels du commerce non pas de s’opposer frontalement à ces nouveaux modes émergents de peur d’épuiser le potentiel de leur modèle historique mais de devenir des acteurs à part entière de cette nouvelle économie. Un certain nombre d’enseignes ont d’ores et déjà pris des initiatives dans ce sens : Ikea, La Fnac, Intermarché (Uz’it), Castorama, Boulanger (Lokéo), Habitat, Auchan, But, H&M…


La vente privée est un circuit qui fonctionne bien en temps de crise, les éditeurs de box proposent un nouveau processus d'achat
Dans un contexte de crise économique, les sites de ventes privées ont le vent en poupe. C’est un business model très intéressant pour les sites en terme de trésorerie puisque les sites commandent leurs stocks après la réalisation de la vente. Pour les marques, c’est un moyen facile de déstocker les anciennes collections. L’essor du commerce mobile est un enjeu important pour la vente privée qui joue beaucoup sur l’achat d’impulsion. Ce circuit doit par contre s’améliorer sur les services (notamment les délais de livraison) et la logistique.
Le e-commerce par abonnement prolifère depuis deux ans en France. Apparues avec les Beauty Box (BirchBox, GlossyBox, Mylittlebox…), les box se déclinent désormais sur de multiples marchés. Ce marché, très concurrentiel, attise les convoitises avec de nombreuses startups et un écrémage devrait s’effectuer. Seuls les éditeurs proposant un vrai plus aux consommateurs pourront se démarquer.