Fiche technique
  • À partir de 800 €
  • Rédigée en français
  • Publiée en Décembre 2010
  • 40 pages
  • Formats disponibles :
Papier     PDF



Contact consultant

Pour tout contact au sujet d'une étude sur-mesure :
Expert du pôle Automobile

Capucine MARRAUD DES GROTTES
Tel : 01 49 53 89 13



Télécharger le catalogue des études sectorielles

Benchmark des performances économiques et financières des constructeurs automobiles dans le Monde en 2009/2010

L'impact de la crise sur la situation financière des constructeurs

Une étude de marché pour :
  • Disposer des chiffres de ventes par constructeurs sur les principaux marchés automobiles sur de longues séries
  • Avoir une vue globalisée des performances financières du secteur automobile (croissance, marges, rentabilité, endettement)
  • Comparer l’ensemble des performances financières des principaux constructeurs mondiaux (top 20) à partir de palmarès
  • Déterminer quels sont les besoins financiers ou les capacités d’acquisition des constructeurs

Présentation
Plan de l'étude
Entreprises analysées
Exclusivité Eurostaf
L’analyse comparée des performances économiques et financières des principaux constructeurs des pays émergents
Ce benchmark porte sur le top 20 des constructeurs automobiles mondiaux. Il inclut l’analyse financière de Geely, SAIC, Tata.

Les principales tendances des marchés automobiles mondiaux
La reprise de 2010 efface la majeure partie de la baisse due à la crise
Entre 2007 et 2009, les constructeurs automobiles ont vu les ventes baisser de 6 millions de véhicules. Mais, avec l’effet de déstockage de 2009, c’est près de 10 millions de véhicules qui ont été enlevés des chaînes de production malgré les plans de relance gouvernementaux. En 2010, avec les derniers effets des plans de relance, le redémarrage de certains marchés (Etats Unis, Japon, Russie) et la bonne tenue des marchés des pays émergents, la croissance devrait effacer la majeure partie de la baisse due à la crise.

Il n’en reste pas moins que certains marchés retombent au second semestre et leurs perspectives restent peu encourageantes. C’est notamment le cas du marché européen, dont la piètre santé va pénaliser les constructeurs qui y sont le plus présents comme Fiat, PSA, Renault. Heureusement les marchés émergent devraient servir de relais de croissance

L’analyse des performances financières consolidées des groupes automobiles
Le secteur automobile traverse la crise avec des dommages limités pour sa santé financière
La baisse de chiffre d’affaires subie par les constructeurs n’est pas seulement due à la baisse des volumes mais est, surtout, le fruit de la baisse des prix de vente.
Toutefois, les constructeurs ont su restructurer leur production, déstocker et s’appuyer sur leurs best sellers. De ce fait, leurs marges d’exploitation ont globalement tenu. En revanche, la contribution des activités financières aux marges a été réduite du fait de taux de refinancement moins compétitifs que ceux des banques et d’une sinistralité plus forte.



Analyse des performances financières des 20 principaux constructeurs
Des performances variables suivant les constructeurs dont les marges de manoeuvre diffèrent en sortie de crise mais sont toutes en voie d’amélioration
Au sein du top 20, l’évolution différenciée des marchés a favorisé les acteurs les plus présents sur les marchés émergents, ce qui a profité aux constructeurs locaux mais également aux constructeurs japonais et coréens ainsi qu’à Volkswagen particulièrement bien implanté sur ces zones. Dans ces conditions, ces constructeurs ont obtenu de meilleures performances d’exploitation que leurs homologues, à l’exception de BMW qui a surfé sur le succès de sa Mini.

Par ailleurs, les incertitudes conjoncturelles ont poussé les constructeurs à freiner leurs investissements ce qui conjugué aux économies générées par les plans de restructuration, leur a permis de générer d’importants cash flows. Ils ont été consacrés essentiellement au désendettement. De ce fait, la plupart des constructeurs ont amélioré leur situation financière pendant la crise. Le cas de General Motors est le plus flagrant puisque la sortie du chapitre 11 et le plan de renflouement de l’Etat américain lui ont permis de se remettre tout à fait à flot et d’exercer une attractivité toute particulière lors de son introduction en bourse en novembre 2010.