Fiche technique
  • À partir de 1 650 €
  • Rédigée en français
  • Publiée en Janvier 2012
  • 171 pages
  • Formats disponibles :
Papier     PDF



Contact consultant

Pour tout contact au sujet d'une étude sur-mesure :
Expert du pôle Banque-Finance-Assurance

Hector TOUBON
Tel : 01 49 53 66 03



Télécharger le catalogue des études sectorielles

Le marché français du corporate venture

Etat des lieux, enjeux et structures d’investissements des grands groupes industriels

Une étude de marché pour :
  • Connaître les fondamentaux du Corporate Venture (définition, évolution et perspectives)
  • Comprendre les enjeux de l’investissement : structure, gouvernance, relation avec la maison-mère, synergies, sources de dealflow, équipe de gestion, et stratégie d’investissements
  • Analyser les stratégies, les forces et les faiblesses des structures existantes
  • Connaître les principales structures d’investissement en Corporate Venture actives en France
  • Disposer de palmarès et de toutes les données chiffrées disponibles sur le marché des investissements minoritaires par les industriels en Europe, en France et aux Etats-Unis

Présentation
Plan de l'étude
Entreprises analysées
Le marché français du corporate venture
Les Echos Etudes présentent les structures, les processus et les stratégies d’investissement des grands groupes résultat d’un benchmark français et international, avec 23 monographies dans différents secteurs d’activités avec les témoignages d’experts sectoriels, responsables de grands groupes industriels, gestionnaires de fonds corporate et de fonds d’investissement indépendants.

En 10 ans, 51 milliards d’euros ont été investis, en Corporate Venture dans près de 10000 entreprises, dans le monde, via 3000 fonds.
Le marché français du Corporate Venture est évalué à 10 % du capital-risque, avec une vingtaine de structures d’investissement opérationnelles en France. Si le Capital-risque d’entreprise ou « Corporate Venture » regroupe les investissements minoritaires réalisés dans de jeunes sociétés prometteuses, par des sociétés non financières solidement établies, il répond à un double objectif, financier et stratégique. Les Echos Etudes proposent ici un palmarès des principales structures d’investissement actives en France, en Europe et aux Etats-Unis, pour comprendre les évolutions depuis 10 ans, en termes de secteur, et de maturité.

L’émergence actuelle des fonds multicorporate venture s’accélère.
La mise en commun de moyens stratégiques et financiers, par plusieurs groupes d’un même secteur et non-concurrents s’est récemment illustrée par la création d’Ecomobilité Venture (SNCF, Total, Orange et Peugeot) ou l’annonce d’un fonds commun entre Orange et Publicis. Ces industriels allient leurs compétences et savoir-faire, pour s’offrir un outil de veille technologique et renforcer leur écosystème innovant, via l’investissement minoritaire. En 2009, Schneider Electric, Alstom et Rhodia créaient avec succès Aster Capital, une société de gestion multicorporate, autour d’une équipe rodée aux pratiques du capital-risque, celle de Schneider Electric Venture. Les industriels y voient une opportunité pour limiter les risques financiers, et améliorer le retour stratégique de chacun des groupes.

Monographies détaillées
Inspirés de modèles étrangers, les grands industriels français cherchent à optimiser les relations avec les sociétés innovantes de leur écosystème. L’investissement en corporate venture, s’inscrit dans une dynamique de venturing, dont la mise en œuvre diverge en fonction des objectifs poursuivis pour le groupe et leur adéquation avec la culture d’entreprise. Pour cela il est possible de tirer les enseignements de démarches réussies, que ce soit dans les secteurs des logiciels (Dassault Systèmes), de la chimie (Rhodia, Saint Gobain), de l’énergie (Alstom, Suez Environnement, Total, Veolia), des télécommunications (Bouygues Télécoms, Deutsche Telekom, France Telecom, SFR), les transports (SNCF), les composants électroniques (Intel, Alcatel-Lucent, Qualcomm), les médias (Bertelsmann), les biotechnologies (Novartis). La pérennité d’une structure d’investissement, renforcée dès lors qu’elle s’assure une indépendance de gestion, est analysée avec ACE Management, Aster Capital (Schneider Electric/ Alstom/ Rhodia), Innovacom (France Telecom), ou XAnge Capital (La Poste).

L' auteur de l'étude : Isabelle VEIL
Isabelle Veil, expert du financement des PME, accompagne depuis 10 ans des entreprises à fortes valeur technologiques, dans leur développement corporate : acquisitions, cessions et prises de participation. Fondateur de IV Development et partenaire de Wagram Corporate Finance, elle cerne en 2010 un regain d’intérêt des industriels français et étrangers, pour le corporate venture. Elle œuvre pour la mise en place de structures d’investissement captives et le développement des synergies entre PME et grands groupes dans des structures déjà existantes. Membre et administrateur de PME Finance.

Une étude de l'Observatoire PME Finance
Créée en 2010, PME Finance réunit tous les acteurs professionnels du financement des PME : Entrepreneurs, Investisseurs en capital, Investisseurs individuels et Conseils. Sa mission se décompose en trois axes: (1) un observatoire de la chaîne du financement en capital des TPE/PME et de leur structuration, notamment à l’international, (2) la diffusion des bonnes pratiques dans un réseau professionnel étendu à toute la chaîne de financement des PME, avec des rencontres thématiques, et (3) un laboratoire d’idées pour faciliter la structuration et le développement des PME françaises.