Fiche technique
  • À partir de 2 950 €
  • Collection : Executive Briefing
  • Rédigée en français
  • Publiée en Juin 2014
  • 200 pages
  • Formats disponibles :
Papier     PDF



Contact consultant

Pour tout contact au sujet d'une étude sur-mesure :
Expert du pôle Banque-Finance-Assurance

Hector TOUBON
Tel : 01 49 53 66 03



Télécharger le catalogue des études sectorielles

Digitalisation des banques

Et les enjeux d'une nécessaire réorganisation des réseaux

Une étude de marché pour :
  • enrichir, renforcer les initiatives « digitales » des banques à réseaux
  • fournir un modèle opérationnel d’analyse d’une stratégie multi canal et du modèle économique qui en découle
  • permettre aux banques de se positionner en termes de maturité « multi canal »

Présentation
Plan de l'étude
Entreprises analysées
Imprimer
Les banques, condamnées à rentrer dans l’ère du digital
    Avec une fréquentation des agences bancaires trois fois moindre entre 2007 et 2012, les banques à réseaux doivent affronter deux tendances lourdes :
  • Des clients, devenus « digital friendly » et ayant expérimenté les nouveaux produits de mobilité (smartphone, tablettes tactiles) dans de nombreux autres secteurs (habillement, produits culturels, hotellerie, etc.), attendent de leur banque qu’elle leur propose des services similaires ;
  • Le durcissement économique ayant pour effets :
    • Des taux d’intérêts durablement bas affectant la rentabilité globale des banques
    • Un pouvoir renforcé des régulateurs, mobilisant des ressources internes au contrôle
    • Une attrition clients élevée, les nouvelles technologies leur permettant de comparer les offres et les rendant plus volatiles, moins captifs qu’antan.

La digitalisation ne peut toutefois pas se faire en occultant la notion de retour sur investissements
Si le sujet de la digitalisation de la relation client est effectivement la première brique du programme de transformation auquel doivent se confronter les acteurs du secteur bancaire, l’objectif de l’étude réside dans le fait de prendre en compte les véritables enjeux auxquels sont confrontées les banques françaises. Il s’agit pour elles de savoir où consacrer leurs ressources et leurs investissements dans une logique de maintien et de croissance de leur portefeuille clients, mais également d’appréhender :
  • les impacts de la digitalisation dans la relation du client bancaire de demain, avec 44 % des français se disant intéressés par une gestion 100 % à distance de leurs comptes (Source : baromètre Orange/Terrafemina 2013)
  • les opportunités et menaces que cette dernière crée
  • les impacts de cette digitalisation sur les agences et notamment sur les personnels ?
  • les transformations du service des systèmes d’information pour mettre en place des stratégies multicanal.


Cette étude vise à apporter des éléments de réponse à ces problématiques en proposant quelques éléments de structuration d’une feuille de route globale.

Elle vise également à fournir des éléments d’appréciation sur la maturité des principaux acteurs du secteur au regard de la transformation majeure qui les attend.

Cabinet partenaire de l'étude
SterWen, créé en 1996, est un groupe indépendant de conseil en stratégie, management et organisation, positionné sur les secteurs de la banque et de l’assurance.
SterWen Consulting propose à ses clients un accompagnement sur mesure dans leurs projets d’évolution et de transformation, dans des contextes de lancement d’activités, de fusions et de rapprochements, de rationalisation et d’industrialisation ou de maîtrise des risques et d’adaptation réglementaire.
En croissance ininterrompue depuis sa création en 1996, SterWen compte 70 collaborateurs et réalise un chiffre d'affaires de 15 millions d'euros.

METHODOLOGIE DE L’ETUDE
    En plus d’une veille documentaire approfondie, l’étude s’appuie sur la collecte et l’analyse d’informations sous la forme :
  • D’entretiens menés avec des responsables digitaux et/ou multicanal des principales banques à réseaux français
  • D’enquêtes terrain sous la forme de visites mystères réalisées auprès d’une dizaine d’agences bancaires mais aussi de points de vente d’autres secteurs présentés comme à la pointe de l’innovation