Fiche technique
  • À partir de 2 250 €
  • Collection : Executive Briefing
  • Rédigée en français
  • Publiée en Octobre 2014
  • 100 pages
  • Formats disponibles :
Papier     PDF



Contact consultant

Pour tout contact au sujet d'une étude sur-mesure :
Expert du pôle Banque-Finance-Assurance

Hector TOUBON
Tel : 01 49 53 66 03



Télécharger le catalogue des études sectorielles

Les banques face au surendettement des ménages

Quels modèles économiques les banques doivent-elles mettre en place pour répondre aux obligations réglementaires ?

Une étude de marché pour :
  • Comprendre l’environnement réglementaire et ses impacts
  • Etablir un bilan des pratiques des banques face à la clientèle fragile et surendettée
  • Améliorer le niveau de maîtrise du coût du risque de crédit au sein des banques

Présentation
Plan de l'étude
Entreprises analysées
Imprimer
Le surendettement des ménages s’impose comme une tendance de fond
En 2011, 8.5 millions de personnes vivaient avec moins de 977 EUR par mois. Ce chiffre est en constante augmentation et représentait 14.3 % de la population selon l’Insee. Parmi ces personnes considérées comme fragiles financièrement, plus de 800 000 ménages en 2014, ont fait l’objet d’un dépôt de dossier auprès d’une commission de surendettement de la Banque de France.
La loi bancaire du 19 décembre 2012, vient protéger davantage les clients bancaires avec une trentaine de mesures sur les 100 énoncées par la loi. Au-delà des amendes auxquelles font face les établissements en cas de non-respect des mesures, l’impact financier de gérer une clientèle surendettée n’est pas neutre pour les banques. Celles-ci se retrouvent dans l’impossibilité de prélever intérêts et pénalités sur les sommes dues par le client concerné, durant cette phase dite de « recevabilité » d’un dossier de surendettement. La clientèle surendettée est une source de coûts pour les banques, parfois difficilement quantifiable.

Le nombre croissant de ménages surendettés est un facteur de risque mal maitrisé par les établissements bancaires
Hormis les conséquences économiques de ces chiffres, l’impact financier pour les banques s’alourdit. Globalement le coût du risque se situe aujourd'hui autour de 4 % de l'encours sur le marché des particuliers en moyenne. Toutes les lignes de métier de la banque sont concernées et particulièrement celle de détail, du fait de la dégradation de la conjoncture.
Les exigences réglementaires en fonds propres induites par Bâle III impliquent un pilotage rigoureux du coût du risque. Les risques de crédit constituent notamment la principale source d’exigence en fonds propres dans le bilan global d'une banque et surtout pour la ligne métier retail.

Quels sont les moyens dont disposent les banques pour anticiper et prévenir leurs clients fragiles de basculer dans le surendettement ?
Quels modèles économiques peuvent être mis en place pour répondre à cette catégorie de clientèle afin de limiter l’impact financier pour les banques ?

Etude réalisée par Hamid Gourrada
Consultant expert en méthode de détection et de gestion de la clientèle en fragilité financière (segmentation, "filière métier", "banque Low Cost"). Il conduit depuis plus de 25 ans dans le monde du conseil en stratégie & management des opérations, des missions de transformation pour les grandes banques de détail et les établissements de financements spécialisés (Risks & Regulatory, RAROC, etc.).