Fiche technique
  • À partir de 1 950 €
  • Collection : Executive Briefing
  • Rédigée en français
  • Publiée en Juillet 2013
  • 60 pages
  • Formats disponibles :
Papier     PDF



Contact consultant

Pour tout contact au sujet d'une étude sur-mesure :
Expert du pôle Biens de consommation

Cécile DESCLOS
Tel : 01 49 53 89 16



Télécharger le catalogue des études sectorielles

Le marché et la distribution des jeux et jouets en France

Quelles stratégies les acteurs devront-ils mettre en œuvre pour se réinventer dans les prochaines années ?

Une étude de marché pour :
  • Disposer des chiffres clés du marché : évolutions démographiques, détail des ventes par segment et tendances
  • Analyser les stratégies des distributeurs : choix du multicanal ou non, pour capter au mieux les clients
  • Découvrir les politiques d’innovations des fabricants : course aux licences prometteuses, réinvention des jouets traditionnels, potentiel des jouets technologiques

Présentation
Plan de l'étude
Entreprises analysées
En exclusivité :
De nombreux entretiens réalisés auprès des dirigeants de : Asmodée, Hasbro, JouéClub, Ludendo, Playmobil, VTech, Vulli

Après un millésime 2011 exceptionnel, les ventes en 2012 sont en repli
Un marché où cohabitent tradition et innovation
Les années se suivent et ne se ressemblent pas. Les ventes de jouets sont certes dépendantes de la conjoncture économique, mais le marché est également très lié aux effets de mode. En 2011, le jeune public a jeté son dévolu sur les fameuses toupies Beyblades Metal Fusion, issues du dessin animé éponyme. Mais 2012 n’a pas vu l’émergence d’un phénomène de cour d’école identique et les ventes ont accusé un recul de 2 %, s’élevant tout de même à 3,1 milliards d'euros. Le marché est partagé entre deux types de produits, les jouets traditionnels qui sont les valeurs sûres d’un côté, et les jouets de mode de l’autre, souvent issus de séries télévisées et de dessins animés et donc sous licence. La technologie n’est pas en reste puisque cette décennie sera digitale grâce aux ventes de tablettes déclinées pour les enfants. Les fabricants sont à l’affût de tendances, d’achats de licences, de rénovation de produits traditionnels, avec dans le peloton de tête, des noms comme Hasbro, VTech, Playmobil, etc. Le marché se renouvelle sans cesse, et bien qu’en recul en 2012, les achats de jouets demeurent élevés, les parents préférant consacrer une part importante de leur budget à ce poste.

Les distributeurs se développent de plus en plus dans le multi-canal
Internet décale la saisonnalité et les modalités d’achats des clients
Du côté de la distribution, Noël reste la période faste pour l’industrie du jouet où traditionnellement, les mois de novembre et décembre concentrent les 2/3 des achats. Toutefois, depuis peu, les achats sont décalés sur décembre, qui représente 60 % des ventes de l’année. Cela engendre une difficulté pour les distributeurs en termes d’approvisionnement et de gestion des stocks. La cause est en partie due au raccourcissement des délais de livraison des acteurs positionnés sur Internet, dont les ventes progressent de 10 à 15 % par an.
Pour faire face aux pure players internet arrivés plus récemment, la plupart des spécialistes se sont lancés dans une stratégie de distribution multi-canal. Parallèlement, ils gagnent des parts de marché sur les généralistes, en misant sur le conseil et le service en magasin. Certains ont même développé une gamme de MDD à l’instar de la Grande Récré.


Quelle place occupe internet aujourd’hui ?

Entre spécialistes et généralistes, y-a-t-il de la place pour de nouveaux concepts ?

Face à une offre surabondante, quelle stratégie d’innovation pour conquérir les linéaires ?