Fiche technique
  • À partir de 1 250 €
  • Rédigée en français
  • Publiée en Avril 2011
  • 144 pages
  • Formats disponibles :
Papier     PDF



Contact consultant

Pour tout contact au sujet d'une étude sur-mesure :
Expert du pôle Tendances de consommation

Sabrina TIPHANEAUX
Tel : 01 49 53 63 62



Télécharger le catalogue des études sectorielles

Le marché français de la télésurveillance et de la vidéosurveillance

Evolutions, perspectives et stratégies des opérateurs

Une étude de marché pour :
  • Connaître le marché de la télésurveillance et de la vidéosurveillance (évolution du chiffre d’affaires et du nombre d’abonnés pour le résidentiel, le professionnel et le secteur public) et ses perspectives de croissance
  • Comprendre la chaîne de valeur du secteur et le rôle des différents acteurs (installateurs, distributeurs, télésurveilleurs, intégrateurs)
  • Comparer les positions concurrentielles des opérateurs et des distributeurs
  • Analyser les enjeux auxquels ils sont confrontés : impact de la Loppsi2, croissance du sentiment d’insécurité, baisse tendancielle des prix, intégration de nouveaux services, utilisation du marketing, apports des nouvelles technologies

Présentation
Plan de l'étude
Entreprises analysées
Evolutions et perspectives de croissance du marché de la télésurveillance et de la vidéosurveillance
Un secteur qui a bien traversé la crise, notamment pour le résidentiel ; 2011 devrait voir un rebond de l’activité
Le sentiment croissant d’insécurité, la menace terroriste et le lancement d’installation massive de caméras de vidéosurveillance par le gouvernement ont permis au marché de la télésurveillance et vidéosurveillance d’être épargné par la crise même si il a connu un fort ralentissement de sa croissance entre 2008 et 2010. La demande reste soutenue, mais la guerre des prix a conduit à une baisse du chiffre d’affaires de beaucoup d’acteurs du marché. En 2011, la croissance devrait s’accélérer car le segment des entreprises, qui a le plus souffert, devrait reprendre des couleurs.


Le business modèle des télé et vidéosurveilleurs
Un modèle économique dépendant de la réglementation du contexte en matière de sécurité mais qui ne permet pas d’exploiter pleinement le potentiel du marché
Les acteurs de la télésurveillance attendaient beaucoup de la Loppsi2 qui aurait permis aux télésurveilleurs privés de pouvoir exercer des missions de vidéosurveillance publique. Malheureusement pour eux cette partie de texte a été censurée par le Conseil Constitutionnel, leur fait perdre un potentiel de marché important. Le secteur devra donc compter sur ses propres arguments pour se développer. En particulier, le recours aux technologies sur IP et wifi permet de recruter de nouveaux abonnés en diminuant les coûts d’installation. En revanche, le recours aux outils du marketing comme les forfaits clairs et labellisés, qui permettent d’accroître la visibilité de l’offre, sont encore le fait d’une minorité d’acteurs : EPS, par exemple, avec ses formules confort, sérénité et ses options de services labellisées. C’est pourtant l’une des meilleures voies pour contrecarrer la baisse des prix qui frappe le secteur, du fait de l’intensité concurrentielle y régnant.


Les perspectives
Un potentiel de croissance élevé mais inégal suivant les segments
Les perspectives du secteur restent bien orientées notamment pour le marché des particuliers. En effet, le marché français de la télésurveillance résidentielle affiche un taux d’équipement encore faible et les particuliers sont de plus en plus sensibles à un sentiment d’insécurité. De plus, la tendance baissière du prix des services de télésurveillance devrait leur faciliter l’accès aux offres de télésurveillance utilisant notamment les technologies mobiles et Internet. Pour le marché des services publics et collectivités territoriales, un boom de la demande est à prévoir suite au plan national d’équipement lancé en 2007 par le gouvernement et dont les financements seront étendus au moins jusqu’en 2012. En fait, seul le marché des professionnels qui arrive à maturité offre des perspectives de croissance moindres.