Fiche technique
  • À partir de 1 400 €
  • Collection : Executive Briefing
  • Rédigée en français
  • Publiée en Avril 2012
  • 65 pages
  • Format disponible :
PDF



Contact consultant

Pour tout contact au sujet d'une étude sur-mesure :
Expert du pôle BTP - Immobilier

Sabrina TIPHANEAUX
Tel : 01 49 53 63 62



Télécharger le catalogue des études sectorielles

Le marché français de la maison en bois

Les atouts économiques et environnementaux du bois poussent au dynamisme et à la structuration du secteur

Une étude de marché pour :
  • Disposer de tous les chiffres clés du secteur de la maison en bois et les comparer avec ceux de quelques grands marchés étrangers : Suède, Grande Bretagne, Canada, Belgique…
  • Analyser la chaine de valeur et le positionnement des acteurs : constructeurs, prescripteurs, fabricants, installateurs, distributeurs….
  • Identifier les enjeux clés par catégories d’acteurs de la construction en bois
  • Analyser les modèles de développement actuels des constructeurs et des fabricants et anticiper la reconfiguration du secteur
  • Percevoir les tendances de l’offre et les comportements d’achat de la clientèle
  • Appréhender les principales réglementations en matière d’éco-construction dynamisant le secteur
  • Connaître les principales entreprises du secteur de la maison en bois

Présentation
Plan de l'étude
Evolution et tendances du marché de la maison en bois
Un marché qui reste dynamique grâce à l’élargissement de sa base de clientèle
Sous l’effet d’une législation favorable et de la conscience environnementale accrue des utilisateurs finals, le marché des constructions bois opère un virage majeur .depuis quelques années. Ainsi, les maisons construites en bois ont doublé leur part de marché entre 2005 et 2010. De plus cette part pourrait encore rapidement doubler si l’offre commerciale se développait davantage. Enfin, le potentiel de croissance du marché français reste très élevé comparé aux pays d’Europe du nord ou d’Amérique du Nord. Ainsi, en Grande Bretagne, où le massif forestier n’est pourtant pas aussi important qu’en France, il se construit proportionnellement trois fois plus de maison en bois que sur notre territoire.

Toutefois, le secteur se heurte encore à de nombreux obstacles qui handicapent son développement. L’acceptabilité de ce produit atypique en habitat dispersé est sans doute le premier d’entre eux. Le manque de certification et de normes et une réglementation qui ne lui est pas toujours favorable sont en revanche en voie de résorption. C’est aujourd’hui la structuration industrielle et commerciale qui permettra donc à l’industrie de la maison en bois de devenir réellement mature.

Les enjeux clés
Mieux valoriser les atouts techniques du bois et réussir l’industrialisation du secteur
L’enjeu crucial est de lever les principales appréhensions vis-à-vis de la filière bois. Celle-ci possède encore une image artisanale peu encline à rassurer les promoteurs et bailleurs sociaux qui s’interrogent sur la capacité de la filière bois à collaborer dans de bonnes conditions à des projets de grande envergure. La standardisation des composants et la rationalisation des méthodes de travail commencent à permettre à la construction bois d’élargir son marché par la production de maisons de qualité proposées à un coût moindre. Ainsi, avec ces méthodes BH Constructions (Bénéteau) a déjà réalisé une dizaine de projets de grande ampleur (10 à 25 maisons en bois groupés).

L’évolution du paysage concurrentiel
Des nouveaux entrants industriels qui bouleversent les artisans en place
De nouveaux acteurs apparaissent sur le marché : constructeurs (Eiffage, Bouygues, Vinci) promoteurs immobiliers (Geoxia), industriels (Bénéteau ou Serge Dassault) qui ajoutent une corde à leur arc à travers la création ou le rachat d’entités spécialisées dans l’habitat bois, en offrant des garanties supérieures pour l’utilisateur final et en jouant de leur notoriété. AST Groupe entend multiplier par dix les volumes produits pour atteindre 10 maisons par jour à l’horizon 2014/2015, soit un rythme annuel de 2 000 à 2 200 maisons
Les intervenants implantés de longue date sont obligés de s’adapter à cette nouvelle donne. Acteurs de petite taille (PME, artisans) et concentrés sur un marché régional, voire local, ils doivent faire face à une concurrence plus intense, les obligeant :
  • à être partie prenante du mouvement d’industrialisation constaté, pour permettre l’obtention de volumes plus importants.
  • à se professionnaliser, notamment en matière commerciale et de qualité des réalisations, ce qui suppose d’améliorer la formation des intervenants.
  • à coordonner les interventions de plusieurs corps de métiers (agenceurs, menuisiers, charpentiers…) sur les chantiers.
  • à diversifier leurs cibles géographiques.