Fiche technique
  • À partir de 1 950 €
  • Collection : Executive Briefing
  • Rédigée en français
  • Publiée en Décembre 2011
  • 131 pages
  • Format disponible :
PDF



Contact consultant

Pour tout contact au sujet d'une étude sur-mesure :
Expert du pôle Energie, Environnement

Sabrina TIPHANEAUX
Tel : 01 49 53 63 62



Télécharger le catalogue des études sectorielles

Les perspectives du marché français de l'éolien offshore

Quels sont les industriels les mieux positionnés pour tirer profit du décollage du marché ?

Une étude de marché pour :
  • Décrypter le business model des projets éoliens en mer (contraintes techniques et logistiques, coûts d’installation, coût de production de l’électricité, rentabilité …)
  • Appréhender les enjeux et les opportunités offertes par le lancement de la première phase de l’appel d’offres en France
  • Analyser les facteurs du décollage de l’éolien maritime dans les pays leaders en Europe et les confronter aux spécificités du marché français
  • Comparer les ambitions des industriels et analyser leurs stratégies pour capter la manne de ce marché en devenir
  • Identifier les opportunités offertes à l’ensemble de la filière (sous-traitants, sociétés portuaires, constructeurs navals, spécialistes du génie civil…)

Une étude prospective s’appuyant sur des entretiens avec les professionnels du secteur et offrant un éclairage comparatif du marché européen

Présentation
Plan de l'étude
Un avenir pour l’éolien en mer se dessine – enfin – en France
L’appel d’offres de 6 GW prévu par le Grenelle entre dans sa première phase
Avec près d’un an de retard, le gouvernement a lancé le top départ de l’éolien maritime en France. Les autorités ont retenu cinq zones pouvant accueillir des fermes éoliennes et lancé la première tranche de l’appel d’offres pour l’installation de 3 000 MW. Les premiers projets devraient voir le jour en 2015. L’enjeu est capital. Il s’agit de se conformer aux objectifs du Grenelle de l’Environnement qui prévoit une puissance éolienne installée de 25 GW à l’horizon 2020 dont près d’un quart en mer. Mais alors que les fermes fleurissent aux larges des côtes britanniques et allemandes, aucun projet n’a encore abouti en France. Les ambitions sont également en termes de création d’emplois : la constitution d’une industrie française forte est le cheval de bataille des autorités et des industriels.

La compétition est lancée
Tous les industriels se préparent à entrer dans la course et les équipes se constituent
Les industriels s’organisent pour répondre à l’appel d’offres. Ils créent des alliances offrant l’ensemble des compétences nécessaires à l’installation de fermes, de l’assemblage des éoliennes à leur exploitation. Plusieurs consortiums sont déjà formés, associant notamment Alstom à EDF EN, Areva à GDF Suez et à Iberdrola. Mais équipementiers et développeurs ne sont pas les seuls à vouloir se partager ce gâteau de plus de 20 milliards d’euros. L’essor de l’éolien offshore est une aubaine pour l’ensemble de la chaîne de valeur et tous les industriels se positionnent : fournisseurs de composants, fournisseurs de câbles, équipementiers électriques mais aussi constructeurs navals et sociétés portuaires en quête de relais de croissance. Le besoin d’infrastructures à proximité des futurs sites nourrit ainsi une concurrence féroce entre les ports pour attirer les constructeurs.

Sur un marché en devenir, les positions concurrentielles des opérateurs sont loin d’être figées
Une bataille technologique et financière va nourrir la consolidation du secteur
L’attribution des projets est susceptible de modifier la donne concurrentielle et ouvre la porte à de nouveaux entrants dans le palmarès européens. Dans le secteur des aérogénérateurs, l’entrée en lice des équipementiers français constitue une menace pour les leaders historiques Siemens et Vestas. Dans celui de l’exploitation, si les opérateurs français ont une très belle carte à jouer, ils devront faire face à la concurrence acharnée des énergéticiens européens (Iberdrola en tête) qui comptent bien tirer leur épingle du jeu. Dans cette course aux parts de marché, les opérateurs vont chercher à se doter de nouvelles compétences qui passeront, au-delà du jeu des alliances, par des acquisitions ciblées (entreprises innovantes développant une technologie particulière ou spécialisées dans les services de maintenance ou d’installation par exemple). Intensité concurrentielle accrue, consolidation, besoins financiers colossaux… la recomposition du secteur de l’éolien est en marche.

Une étude en partenariat avec la société ILIUM
ILIUM est une société de conseil à destination des industries et des partenaires publics. ILIUM les accompagne dans leur prise de décision, leurs projets d’innovation et de développement vers de nouveaux marchés. La société intervient de manière globale sur les défis actuels en performance de l’innovation. ILIUM propose ses services en France et à l’international.