Fiche technique
  • À partir de 1 450 €
  • Collection : Executive Briefing
  • Rédigée en français
  • Publiée en Juillet 2011
  • 70 pages
  • Format disponible :
PDF



Contact consultant

Pour tout contact au sujet d'une étude sur-mesure :
Expert du pôle Luxe - Mode

Cécile DESCLOS
Tel : 01 49 53 89 16



Télécharger le catalogue des études sectorielles

La distribution des invendus dans l’habillement

Renouveau des concepts traditionnels, explosion des sites Internet de déstockage … quelles opportunités pour les marques et les distributeurs ?

Une étude de marché pour :
  • Connaître la taille du marché des invendus et son poids dans les ventes d’habillement en France
  • Comprendre les implications financières et organisationnelles des différentes modalités de déstockage
  • Apprécier l’évolution du contexte concurrentiel sur le marché des invendus (montée en gamme des concepts, course au référencement, nouvelles implantations …)
  • Evaluer l’impact de cette mutation sur les stratégies d’optimisation de la gestion des invendus des marques
  • Comparer les modèles économiques des différents circuits et les principaux intervenants du secteur

Présentation
Plan de l'étude
Hausse du BFR, dégradation de la marge commerciale … la gestion des invendus est une problématique clé pour les marques d’habillement
Le zéro stock en fin de saison : une utopie
En dépit de leurs efforts pour ajuster au plus près l'offre à la demande, les acteurs de l’habillement doivent gérer un volume croissant d’invendus sous l'effet notamment de la multiplication des collections et de leur stratégie de sourcing lointain (perte de réactivité de la chaîne d'approvisionnement). Pour certaines marques, ce sont près d’un quart des articles mis en rayon qui ne trouvent pas preneur pendant la saison, entraînant d’importantes tensions sur la trésorerie. La gestion et la valorisation des invendus est donc un enjeu important et constitue aujourd’hui une composante essentielle de la stratégie des marques d’habillement.

Le marché des invendus sort de la confidentialité et se structure
Montée en gamme des concepts, captation de nouvelles clientèles … les circuits de déstockage sont en pleine mutation
Le paysage de la distribution des invendus évolue rapidement. Les centres de magasins d’usines laissent place à des complexes commerciaux associant tourisme et loisirs, cette montée en gamme des concepts permettant aux enseignes d’écouler leurs excédents dans un environnement de plus en plus sélectif. Le renouveau des formats attise les convoitises sur un marché jusqu’à présent dominé par Concepts & Distribution. Parallèlement, la multiplication des sites Internet de déstockage a généralisé le principe des ventes évènementielles. Pionniers dans le e-commerce d’habillement, ces acteurs ont profité de l’explosion de ce marché et pris de l’avance sur les enseignes traditionnelles. Mais face au mastodonte Vente-privee.com, la concurrence est rude pour attirer les marques à forte notoriété, génératrices de trafic. Pour trouver leur place, les sites affinent leur concept et élargissent leurs activités à la vente permanente à l’image de Brandalley.com qui se définit désormais comme un grand magasin de la mode.

Gérer ses invendus : quels modèles économiques ?
Transformer une contrainte en opportunité
La modernisation des circuits de déstockage offre aujourd’hui aux marques des solutions attractives pour écouler leurs excédents. Bénéficiant de nouveaux modes de consommation, ces circuits ont traversé la crise sans encombre sur un marché de l’habillement qui a connu en 2010 sa troisième année consécutive de baisse. La gestion des invendus est cependant une problématique délicate reposant sur un nécessaire arbitrage entre respect de l’image, efficacité de l’écoulement et impact financier. Dans ce contexte, quelles sont les implications financières et organisationnelles des différentes modalités de déstockage ? Quels sont les canaux de distribution les plus souples et qui assurent la meilleure liquidité ? Quels sont les circuits qui offrent une expérience d'achat conforme aux standards de la marque ?