Fiche technique
  • À partir de 1 950 €
  • Collection : Executive Briefing
  • Rédigée en français
  • Publiée en Mars 2014
  • 130 pages
  • Formats disponibles :
Papier     PDF



Contact consultant

Pour tout contact au sujet d'une étude sur-mesure :
Expert du pôle Luxe - Mode

Cécile DESCLOS
Tel : 01 49 53 89 16



Télécharger le catalogue des études sectorielles

Perspectives du marché mondial des souliers de luxe

Chausseurs, créateurs, maisons diversifiées : business models et stratégies de croissance

Une étude de marché pour :
  • Disposer de la valorisation exclusive Les Echos Etudes : poids économique du marché (chiffre d’affaires et volume d’affaires), répartition par segment et dynamique par zone géographique (change courant et change constant)
  • Benchmarker les positions concurrentielles et les performances des groupes et maisons présents sur le marché
  • Comparer les stratégies et les modèles de développement et anticiper l’évolution du secteur

Présentation
Plan de l'étude
Entreprises analysées
Imprimer
Une dynamique positive …
Malgré le ralentissement du trend depuis 2012, le marché demeure bien orienté
Au cours de la période 2009-2013, le marché des souliers a enregistré des performances satisfaisantes. La donne a néanmoins changé depuis 2012 :

• La croissance ralentit, même si le marché fait mieux que résister dans un environnement dégradé. Si les fondamentaux sont bons, un retour à des niveaux de croissance similaires à ceux de 2010/2011 est illusoire à moyen terme ;

• Par zone géographique, les cartes sont rebattues. L’Asie hors Japon marque le pas et l’Europe, pénalisée par une consommation locale atone, est tirée par le travel retail qui ralentit. A contrario, les Etats-Unis sont bien orientés et le Japon confirme sa recovery.

… qui n’a pas profité à toutes les maisons
Une forte pression concurrentielle
Le marché se distingue par son intensité concurrentielle :

• De très nombreux acteurs animent le marché. Les spécialistes (chausseurs traditionnels, créateurs) doivent composer avec les maisons diversifiées. Les chaussures contribuent ainsi respectivement à hauteur de 22 et 17 % au chiffre d’affaires de Saint Laurent et Prada ;

• Les souliers sont désormais des accessoires de mode. Les facteurs clés de succès reposent de plus en plus sur la créativité, l’aménagement des gammes et la capacité à soutenir et diffuser l’offre ;

• L’offre se structure et s’élargit. Les maisons de luxe leaders (Louis Vuitton, Gucci, …) figurent parmi les acteurs proposant l’offre la plus longue tandis que les spécialistes tendent à élargir leur gamme (cf. développement de l’homme en 2011 pour Jimmy Choo, début 2014 pour Robert Clergerie).

Dans ce contexte, toutes les maisons n’ont pas bénéficié du dynamisme du marché, qu’il s’agisse de chausseurs (Stéphane Kélian, Charles Jourdan, Pollini) ou de maisons diversifiées (Barbara Bui).

De nouveaux mouvements actionnariaux sont à prévoir
Les besoins financiers sont importants
Au cours des dernières années, de nombreuses maisons ont changé de mains. Le mouvement va se poursuivre :

• Le secteur compte un grand nombre de maisons indépendantes et les besoins pour financer la croissance sont lourds dans un marché de plus en plus concurrentiel et mondialisé (cf. introduction en bourse de Ferragamo en 2011, prise de participation de L Capital dans Vicini fin 2013) ;

• Certains groupes, en difficulté, pourraient procéder à des cessions comme Antichi Pellettieri (Baldinini) ou Royer (Charles Jourdan et Stéphane Kélian).

Si LMVH a récemment opéré des opérations de croissance externe (rachat d’Anthony Delos pour Berluti et de Nicholas Kirkwood), une vague massive de rachats par les groupes de luxe leaders, déjà bien positionnés sur le marché, est peu probable. Kering chercherait ainsi à céder Sergio Rossi.

En revanche, les chausseurs aiguisent les appétits de nouveaux investisseurs tels que First Heritage Brands (Robert Clergerie) ou Labelux (Bally et Jimmy Choo). De nouveaux prédateurs pourraient également se mettre sur les rangs (OTB, Qatar Luxury Group, fonds d’investissement, …).

Les principaux acteurs analysés dans l'étude :
  • Baldinini (groupe Antichi Pellettieri)
  • Barbara Bui
  • Burberry
  • Casadei
  • Christian Dior
  • Christian Louboutin
  • Coach
  • Groupe Royer (Charles Jourdan, Stéphane Kélian)
  • Hermès (Hermès, John Lobb)
  • Heschung
  • J.M. Weston
  • Kering (Gucci, Saint Laurent, Sergio Rossi, Bottega Veneta, …)
  • Labelux (Bally, Jimmy Choo)
  • LVMH (Louis Vuitton, Berluti, …)
  • Michael Kors
  • Pollini (groupe Aeffe)
  • Prada Group (Prada, Miu Miu, Church’s, Car Shoe)
  • Robert Clergerie (groupe First Heritage Brands)
  • Salvatore Ferragamo
  • Santoni
  • Tod’s Group
  • Vicini (Vicini, Giuseppe Zanotti, …)