Fiche technique
  • À partir de 1 200 €
  • Rédigée en français
  • Publiée en Novembre 2011
  • 86 pages
  • Formats disponibles :
Papier     PDF



Contact consultant

Pour tout contact au sujet d'une étude sur-mesure :
Expert du pôle Management

Marie HOLTZ
Tel : +33 1 49 53 89 56



Télécharger le catalogue des études sectorielles

Les services en ligne aux entreprises : panorama et perspectives

Quel potentiel de développement pour les services en ligne : gestion de paye, matching, recouvrement de dettes, emploi, appels d'offres, e-learning...

Une étude de marché pour :
  • Identifier les principales prestations proposées de services en ligne sur les différents segments de marché et évaluer leur potentiel de croissance
  • Analyser les stratégies des prestataires, leur business model et le type de services proposés
  • Valoriser les différents segments du marché des services en ligne
  • Comprendre les comportements de consommation de la clientèle PME-TPE
  • Connaître les perspectives d’évolution du marché des services en ligne et notamment ceux à destination des PME-TPE

Présentation
Plan de l'étude
Entreprises analysées
Evolution et tendances du marché des services en ligne aux entreprises
Un marché fragmenté où les taux de croissance sont parfois exponentiels
Inexistant il y a un peu plus d’une décennie, le marché des services en ligne aux entreprises dépasse aujourd’hui les 3,6 milliards d’euros (hors banque et assurance en ligne et offshoring informatique). Les taux moyens de croissance annuelle des différents segments de marché vont de moins de 5 %, pour le conseil en ligne sur le financement pour la création et le développement d’entreprise, les annuaires ou les études sectorielles, à plus de 30% pour les réseaux sociaux d’entreprises en ligne, les régies publicitaires web et achat de mot Internet ou les agences de référencement.

Des intervenants au profil les plus divers
Des barrières à l’entrée relativement peu élevées où les primes à l’innovation et à la différenciation sont de réels avantages
Les services offerts en ligne sont très divers et peuvent donc être très ciblés ce qui permet à une très large catégorie d’entreprises d’être présentes sur le marché. Ainsi, à coté des grands groupes de l’information et du renseignement : Le Monde, les Echos, le Figaro ou Pagesjaunes, on y trouve les géants de l’informatique et de l’Internet : IBM, Yahoo, Microsoft, Google. Mais, également sont présents toute une quantité de start-up à un stade plus ou moins avancé. Généralement spécialisées sur un segment de marché, très peu d’entreprises parviennent à être opérationnelles sur plusieurs familles d’activités, à la notable exception de Pagesjaunes, à la fois présent sur le marketing direct, les annuaires ou les réservations hotelières. Ces diverses activités lui ont permis de tripler son chiffre d’affaires durant la pourtant difficile période 2007 – 2010. Certains acteurs sont aidés par un actionnaire de référence, qui leur a donné des moyens mais nombre de PME innovantes pure players suivent le chemin du succès, sans actionnaire de référence de forte envergure : Dolist dans le marketing direct ou Regionsjob dans les offres d’emplois, par exemple.
L’innovation ne réside pas tant dans le service lui même que dans la manière de proposer ces services et de les intégrer au sein d’une offre plus globale à même de répondre aux attentes toujours croissantes des clients. Le concept de « trouvabilité » est au centre de la caractéristique d’un site attractif.

Des business modèles conditionnés par l’origine des revenus
Le SEO, le SEM et le lead, les trois grandes sources de revenus liés au référencement
Le SEO (Search Engine Optimization) est essentiellement utilisé pour les sites de contenu. C’est un référencement naturel et gratuit réalisé grâce à l’intégration de mots clefs dans le site. Les sites recherchent donc de l’audience et se rémunèrent à la page vue et au temps passé sur le site. Le sponsoring et l’affiliation sont des sources de revenus complémentaires à ce type de modèle de développement. Le « up selling » (vente ou don d’un service à faible valeur ajoutée mais suffisament attractif pour permettre de l’audience et des ventes de services à plus forte valeur ajoutée)) et le « cross selling » (renvoi sur d’autres sites de vente) sont également beaucoup utilisés. Le deuxième type de référencement est le SEM (Search Engine Marketing) qui est un système payant. Le CA n’est pas tributaire ici du nombre de pages vues mais essentiellement des ventes de services. La vente de bandeaux publicitaires est en principe accessoire mais peut être un bon complément. Le pay par lead est un mode de rémunération qui reste dominant dans les services de matching et d’annuaires.