Fiche technique
  • À partir de 2 250 €
  • Collection : Executive Briefing
  • Rédigée en français
  • Publiée en Juin 2012
  • 67 pages
  • Format disponible :
PDF



Contact consultant

Pour tout contact au sujet d'une étude sur-mesure :
Expert du pôle Pharmacie - Santé

Elodie BERVILY-ITASSE
Tel : 01 49 53 89 26



Télécharger le catalogue des études sectorielles

Les perspectives du marché français de la biologie médicale

La révolution des laboratoires de biologie médicale est en marche

Une étude de marché pour :
  • Connaître le marché de la biologie médicale et ses perspectives de croissance
  • Anticiper l’accélération de la consolidation du secteur
  • Tirer des enseignements des marchés internationaux sur l’avenir du marché français
  • Analyser les axes de développement de la biologie médicale : diversification des activités et industrialisation via l’émergence de grandes plateformes techniques
  • Anticiper les évolutions stratégiques et capitalistiques du secteur à l’horizon 2016

Présentation
Plan de l'étude
Entreprises analysées
Exclusivité Eurostaf
Une analyse détaillée du top 40 des laboratoires de biologie médicale (chiffre d’affaires, parts de marché, axes de développement)

Un marché dynamique porté par l’augmentation du nombre d’actes…
… mais une régulation forte des dépenses
Le marché de la biologie médicale, estimé à plusieurs milliards d’euros, a progressé à un rythme soutenu au cours des dernières années, porté par l’augmentation de l’activité. Les laboratoires ne se réjouissent pas pour autant : les dépenses d’analyses médicales sont dans le viseur de l’assurance maladie depuis plusieurs années. Selon la CNAM, le coût unitaire des actes en France est de 2 à 10 fois supérieures à celui de l’Allemagne ou de la Belgique, malgré le gel des tarifs depuis 2004. Sont notamment en cause la prédominance de la biologie libérale de ville et la fragmentation du marché.

La fin de la biologie médicale à la française ?
Une nouvelle ère pour les laboratoires de biologie médicale
La réforme du secteur à l’œuvre depuis plusieurs années conjuguée à la maîtrise des dépenses de santé ont des conséquences structurantes pour les laboratoires :
• leur profitabilité se dégrade suite à la baisse des tarifs des prestations et au renforcement du pouvoir de négociation des fabricants de matériels et de réactifs ;
• les coûts d’exploitation progressent fortement, notamment ceux liés au processus d’accréditation auxquels beaucoup de petits laboratoires vont avoir du mal à faire face.
Face à ces constats, la profession se réorganise en profondeur :
• l’autorisation des laboratoires multi-sites et l’ouverture de leur capital permet la création de plateaux techniques plus efficients ;
• les laboratoires leaders Labco, Unilabs, Novescia, Biomnis et Cerba poursuivent à marche forcée l’élargissement de leur réseau ;
• les deux grands laboratoires spécialisés (Cerba et Biomnis) cherchent à diversifier leurs activités ;
• les groupements font le plein de nouveaux adhérents et gagnent des parts de marché significatives au niveau local.

Une concentration inéluctable du secteur
Le nombre de laboratoires va être divisé par 4 au cours des prochaines années
Pour financer l’expansion de leur réseau, développer des plateaux techniques et mettre en place leur accréditation, les leaders ont des besoins en cash importants. Ils devront donc massivement faire appel à des partenaires financiers qui joueront un rôle clé dans la course à la taille des réseaux.
Selon nos estimations, le processus de concentration du secteur devrait entraîner la disparition de plus de 2 000 laboratoires à l’horizon 2016. 60 % d’entre eux appartiendront à des grands groupes nationaux ou internationaux, les autres représenteront d’importants laboratoires régionaux. Par ailleurs, la biologie hospitalière ne devrait pas être en mesure de reprendre des parts de marché sur la biologie de ville malgré ses atouts scientifiques et techniques, compte tenu notamment des difficultés actuelles traversées par les hôpitaux.

L'auteur de cette étude : Jean-Pierre HERMET
Jean-Pierre Hermet, Directeur associé-fondateur de JPH Joint Partners for Healthcare, diplômé de l’ESCAE Bordeaux, Maîtrise de Sciences Economiques, a commencé sa carrière dans la pharmacie et a rapidement dirigé plusieurs filiales de multinationales pharmaceutiques. Il s’est ensuite initié à la création et au financement d'entreprise aux Etats-Unis où il a occupé les fonctions de Président Europe d'un jeune laboratoire pharmaceutique coté à l'Amex. De retour en France, il a créé plusieurs entreprises de biotechnologies et de diagnostics in vitro : Peptide Immune Ligands, Hybrigenics, Hemosystem. Il a dirigé ces dernières années InGen Biosciences et en préside aujourd’hui le conseil de surveillance. Il est administrateur d’Hermarina et dirigeant de Euromedical Instruments.