Fiche technique
  • À partir de 1 550 €
  • Rédigée en français
  • Publiée en Décembre 2010
  • 130 pages
  • Formats disponibles :
Papier     PDF



Contact consultant

Pour tout contact au sujet d'une étude sur-mesure :
Expert du pôle Pharmacie - Santé

Elodie BERVILY-ITASSE
Tel : 01 49 53 89 26



Télécharger le catalogue des études sectorielles

L'avenir du circuit officinal français

L'impact de la refonte de l'exercice officinal sur l'organisation et l'économie du réseau

Une étude de marché pour :
  • Disposer de l’ensemble des chiffres clés du circuit des pharmacies
  • Identifier les impacts des changements majeurs en cours sur l’organisation et l’économie du réseau
  • Analyser les stratégies d’anticipation et de défense de la profession
  • Comprendre les axes de développement des enseignes de pharmacies, acteurs majeurs de la recomposition du réseau
  • Anticiper la reconfiguration du circuit officinal à l’horizon 2015

Présentation
Plan de l'étude
Entreprises analysées
Face à une probable libéralisation, le circuit officinal français peut-il se prévaloir du principe de "l'exception française" ?
Le processus de libéralisation de la pharmacie d’officine s’accélère en Europe depuis le début des années 2000
    La dérégulation en cours du circuit se traduit par :
  • L’évolution des conditions de l’exercice officinal : la prescription pharmaceutique est encouragée au Royaume-Uni, la « consultation officinale » rémunérée est évoquée en France dans le cadre de la loi HPST, la multipropriété est légalisée en Allemagne, la distribution de produits OTC en dehors de l’officine est autorisée dans la majorité des pays européens ;
  • La structuration des réseaux autour de centrales d’achats, d’enseignes et de chaînes ;
  • Le développement de la vente de spécialités pharmaceutiques sur Internet ;
  • La transformation du secteur de la répartition pharmaceutique, qui a entamé depuis plusieurs années un mouvement d’intégration en aval avec l’acquisition d’officines, la création de chaînes de pharmacies ou de réseaux indépendants.

  • En France, la recomposition du réseau officinal s'inscrit dans un contexte politique et réglementaire en plein bouleversement (loi HPST, mise en place du libre accès, débat sur le nombre optimal de pharmacies, réflexions sur la prescription officinale, dégradation de l’économie de l’officine, négociations en cours sur la marge, mise en place d’une rémunération mixte alliant marge commerciale et indemnisation de prestations de services, etc.)

La recomposition du circuit est en marche
De nouveaux modèles d’organisation se mettent en place
    Pour certains, ces évolutions menacent le modèle de la pharmacie française et doivent être combattues. D’autres y voient des opportunités de moderniser l’exercice officinal et anticipent ces évolutions pour les accompagner. En conséquence, les stratégies d’anticipation ou de défense se mettent d’ores et déjà en place selon trois axes principaux :
  • La refondation de l’acte pharmaceutique et le renforcement de la dimension « professionnel de santé » du pharmacien : « consultation », prescription et opinion pharmaceutique, DMP, éducation thérapeutique du patient…
  • Une agressivité commerciale et marketing croissante encouragée par certains groupements de pharmaciens (renforcement des gammes MDD, développement de concepts discount, pénétration de nouveaux marché, etc.)
  • Le développement massif des concepts d’enseignes.

Les groupements de pharmaciens impulsent la modernisation du réseau
Des stratégies de développement ambitieuses
    Au cours des dernières années, plus d'une quinzaine d'enseignes se sont créées, avec des positionnements de plus en plus différenciés : offre discount (Familyprix, Univers Pharmacie, Pharm&Price), segmentation par le profil et la taille des officines, concepts commerciaux centrés sur les services auprès des consommateurs (PHR, Plus Pharmacie).
    Appelés à jouer un rôle majeur au sein du circuit officinal dans les années à venir, les groupements doivent :

  • conquérir de nouveaux pharmaciens afin d’atteindre une taille critique et accroître leur pouvoir de négociation face aux laboratoires et aux grossistes répartiteurs ;
  • accélérer l’intégration des adhérents aux concepts d’enseigne, première étape vers la constitution de réseaux d’officines plus intégrés tels qu’il en existe au Royaume-Uni ;
  • segmenter les concepts d’enseignes (discount, services patients, etc.) pour s’adapter aux différentes zones de chalandises et mailler l’ensemble du territoire ;
  • renforcer les partenariats commerciaux avec les laboratoires pharmaceutiques pour accroître les marges et optimiser les techniques de vente à l’officine ;
  • recruter et fidéliser les patients/consommateurs par des politiques de communication plus agressives.