Fiche technique
  • À partir de 1 750 €
  • Collection : Executive Briefing
  • Rédigée en français
  • Publiée en Février 2013
  • 95 pages
  • Formats disponibles :
Papier     PDF



Contact consultant

Pour tout contact au sujet d'une étude sur-mesure :
Expert du pôle Sanitaire et medico-social

Elodie BERVILY-ITASSE
Tel : 01 49 53 89 26



Télécharger le catalogue des études sectorielles

Le marché du dentaire et de l'implantologie

Quelle évolution des modèles économiques ?

Une étude de marché pour :
  • Décrypter le business model d’un cabinet dentaire
  • Disposer des chiffres clés du marché de l’implantologie, en France et à l’international
  • Analyser les stratégies de croissance des fabricants d’implants dans un contexte de course à la taille critique
  • Anticiper la mutation du secteur dentaire (low-cost, spécialisation, regroupement, réseaux de soins…)

Présentation
Plan de l'étude
Les "+" de cette étude
En exclusivité, une analyse du modèle économique et de la santé financière de la profession à partir de la globalisation des comptes de plus de 1500 cabinets dentaires.

L’équilibre économique du cabinet dentaire repose sur les dépassements d’honoraires
Regroupement et spécialisation pour faire face à l’augmentation des frais fixes
La hausse des revenus des chirurgiens-dentistes est en partie soutenue par la progression des dépassements qui atteignent plus de la moitié des honoraires perçus. Ils concernent essentiellement les soins prothétiques, l’implantologie et les actes d’orthopédie dento-faciale. La profession fait face à des charges professionnelles élevées qui représentent plus de 60 % des honoraires. Leur progression semble inéluctable, eu égard à la technicité croissante de l’activité, au renforcement des contraintes techniques et réglementaires et à l’évolution des tâches administratives et de gestion. Si l’exercice individuel demeure majoritaire, le regroupement en cabinet, qui permet une mutualisation des charges d’exploitation, se développe. Par ailleurs, afin de lutter contre la concurrence et préserver leurs marges, certains praticiens ont fait le choix de se limiter à une ou plusieurs thérapeutiques plus rémunératrices, en particulier dans les grandes villes.

Vers un nouveau modèle économique ?
Centres low-cost, réseaux de soins… une pression des prix à la baisse
Les cabinets dentaires low-cost émergent. Ils reposent sur une rationalisation poussée des coûts de fonctionnement, des praticiens salariés et un nombre d’actes limités (restauration prothétique essentiellement), écartant les soins conservateurs dont la pratique est déficitaire. Si ce nouveau modèle économique soulève la question du contenu de la mission de santé publique des praticiens, il permet de dégager des gains de productivité importants tout en proposant des tarifs inférieurs à ceux des cabinets libéraux. La baisse des prix des actes pratiqués est également encouragée via les réseaux de soins mis en place par les assureurs complémentaires qui à terme devrait restructurer le marché.

L’implantologie dentaire : relais de croissance du marché
Des investissements importants, une rentabilité assurée
L’implantologie a connu un développement important au cours des dernières années et se diffuse rapidement au sein de la profession. Si sa pratique nécessite des investissements importants (bloc opératoire, chaîne de stérilisation et de traçabilité, aménagement des locaux favorisant le respect des règles d’hygiène et d’asepsie), ils seront rapidement rentabilisés face à l’évolution des modes de consommation (souci croissant d’esthétisme, vieillissement…). Par ailleurs, la pénétration croissante des assureurs complémentaires sur ce marché et le développement d’implants à prix compétitifs devraient solvabiliser la demande, démocratiser ce marché et améliorer significativement l’équilibre économique du secteur.

Un nouveau contexte concurrentiel
Le facteur prix risque de bouleverser les positions concurrentielles établies
Le marché dynamique de l’implantologie dentaire suscite les convoitises de nouveaux entrants, en témoigne l’intérêt de nombreux industriels pour la reprise de Tekka, finalement acquis par Menix en 2012. Le secteur poursuit par ailleurs sa consolidation suite aux acquisitions de Simeda par Anthogyr et d’Astra Tech par Dentsply. Les parts de marché des leaders Nobel Biocare, Straumann, Biomet 3i, Zimmer Dental et Densply au positionnement premium sont aujourd’hui menacées par les value players (Tekka/Menix, TBR, Osstem, Dio…) qui proposent des produits au rapport prix/qualité plus attractifs dans un contexte économique tendu. Le marché se bipolarise et oblige les leaders du secteur à s’interroger sur leur positionnement.