Fiche technique
  • À partir de 1 650 €
  • Rédigée en français
  • Publiée en Août 2010
  • 160 pages
  • Formats disponibles :
Papier     PDF




Télécharger le catalogue des études sectorielles

Le marché français des envois postaux à l'heure de la déréglementation

Quelles perspectives pour les marchés postaux avec l'ouverture à la concurrence et la transformation de la Poste en société privée ?

Une étude de marché pour :
  • Disposer de toutes les données chiffrées sur les marchés postaux (courrier, colis, express)
  • Comprendre la nouvelle organisation de la filière postale
  • Analyser les stratégies, les forces et les faiblesses des principaux prestataires du marché des envois postaux
  • Evaluer l’impact de nouveaux concurrents entrants ou susceptibles d’entrer sur le marché français
  • Connaître les perspectives de reconfiguration du marché à horizon 2015

Présentation
Plan de l'étude
Entreprises analysées
Exclusif !
L’étude Eurostaf propose des scénarios de développement pour les principaux segments du marché postal français : courrier, publicité adressée et non adressée, routage, colis sans délai garanti et express

L'ouverture aux marchés européens
Vers de nouveaux entrants ?
La déréglementation des marchés postaux a commencé il y a plus de 10 ans, avec le marché des envois de plus de 350 grammes. Toutefois, la libéralisation n’a réellement affecté les marchés réservés aux Postes nationales qu’entre 2006 et 2009 (suivant les Etats européens) avec l’abaissement du seuil d’ouverture à la concurrence aux envois de plus de 50 grammes. A partir de janvier 2011, la plupart des marchés postaux européens seront totalement concurrentiels, même si deux grands marchés ont déjà pris en peu d’avance : le Royaume Uni (2006) et l’Allemagne (2008). Sur ces marchés, la concurrence est déjà présente et attise les initiatives marketing destinées à fidéliser ou conquérir les clients des segments les plus rémunérateurs. Le marché français des envois postaux pourrait se retrouver ainsi à l’aube d’une révolution avec l’arrivée de nouveaux entrants.

La libéralisation du marché postal met en lumière les enjeux du secteur pour La Poste et ses futurs concurrents
Plusieurs opportunités d'ouverture
  • Saisir le marché du e-commerce. Les livraisons de colis par le e-commerce sont en forte augmentation : + 25% en 2010 selon la FEVAD. Pour poursuivre leur développement sur ce marché porteur, certaines sociétés de distribution de colis, comme Distrihome s’appuie sur de plus grands opérateurs comme Spir. D’autres entreprises passent des partenariats, comme Kiala avec Presstalis ;
  • Etre présent sur l’ensemble du marché du colis. Le colis est un marché où les volumes sont fondamentaux mais où il faut être capable d’offrir une large palette de transport aux clients. Les groupes du secteur procèdent donc à des acquisitions pour compléter leur offre. Ainsi, Geopost a racheté Exapaq en 2006 et Geodis vient de racheter Ciblex ;
  • Monter un réseau de distribution viable. Les opérateurs alternatifs de distribution postale (Mondial Relay, Kiala…) proposent une activité de supplément pour les commerçants. En revanche, La Poste doit rentabiliser des bureaux postaux à l’activité insuffisante. Différentes voies sont explorées : substitution par des agences postales partiellement prises en charge par les collectivités, relais postaux chez les commerçants, offre « facteur services + »… ;
  • Offrir des services associés aux expéditeurs. La plupart des entreprises de transport de colis proposent aujourd’hui deux services qui paraissent indispensables : le tracking et la POD. Pour différencier leur offre, de nouvelles initiatives sont lancées, comme le « retour on line » ou l’affranchissement en ligne proposés par Geopost ;
  • Se positionner sur les segments les plus rémunérateurs. Le marché des correspondances pour les particuliers est sans doute en déclin inexorable. En revanche, la publicité non adressée, par exemple, constitue un solide bastion de croissance. Ainsi, Mediapost, la filiale du groupe La Poste dédiée à cette activité, a connu une croissance de près de 10% en 2009 dans un marché du courrier globalement déprimé ;
  • Compenser la croissance des échanges électroniques Les opérateurs postaux cherchent à proposer une offre dématérialisée. Ainsi le groupe La Poste a crée Digipost pour lancer de nouveaux services comme la Lettre recommandée électronique, « MonTimbrenLigne, des Boîtes aux lettres numériques… et s’associe avec des émetteurs de TIP pour leur passage à la forme électronique ;
  • Faire face à l’arrivée de concurrents transnationaux. Après avoir racheté La Poste Belge, en alliance avec la Poste Danoise, CVC Capital Partners vient d’annoncer son intérêt pour la reprise partielle des activités Courrier de TNT Post Group. L’ouverture vers l’international des principaux opérateurs du marché postal français est donc une stratégie de conquête compensatoire. Quels sont les intervenants les mieux positionnés pour saisir les opportunités offertes par la libéralisation complète du marché postal français ? La stratégie du groupe La Poste sera-t-elle assez efficace pour conserver l’essentiel de ses positions ? Quel sera le rôle des nouveaux entrants potentiels : Bpost et son actionnaire CVC Capital Partners, Royal Mail, DPWN.. ?